Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Les champignons toxiques non comestibles

La liste des  toxiques est longue et les avis partagés. Il est important de vérifier la toxicité auprès d'un pharmacien qui s'y connaît. Adressez-vous aussi à un club de  connu et sérieux. Soyez prudent et, si vous avez un doute, abstenez-vous !

Voici quelques exemples de champignons toxiques.

<em style="text-align: center; line-height: 1.5em;">Galerina autumnalis </em>est un champignon toxique. © Ari N, Shutterstock
 

GALERINA AUTUMNALIS EST UN CHAMPIGNON TOXIQUE. © ARI N, SHUTTERSTOCK

Champignons toxiques : les symptômes

Si vous avez consommé des champignons et que vous souffrez de vomissements, , forte , hypotension,  de la bouche, tremblements, sensations de brûlures, vertiges,  ou encore troubles de la vue, il s'agit peut-être d'un empoisonnement dû à ces champignons.

En cas de doute, il faut appeler le 15 ou le centre antipoison le plus proche.

À noter que les temps de latence peuvent être longs. C'est le cas des  phalloïdien, orellanien ou encore proximien par exemple, qui peuvent aller de 10 heures à 14 jours.

Exemples de champignons toxiques

  • Cortinaire très joli (Cortinarius speciosissimus
  • Galère d' (Galerina autumnalis
  • Galère marginée (Galerina marginata
  • Lépiote brun-incarnat (Lepiota bruneoincarnata)
  • Lépiote de Josserand (Lepiota josserandii
  • Lépiote brun lilacin (Lepiota bruneolilacina
  • Pézize étoilée (Sarcosphaera coronaria)

Attention à la Lépiote brunâtre

La lépiote brunâtre n'est pas un champignon de forêt mais vu sa toxicité, on en dit deux mots. Elle affectionne les jardins, les pelouses, les bords des talus humides et herbeux, et elle pousse en petits groupes, dans le sud-est de la France, les Alpes et le Jura. C'est une  dangereuse, comme la plupart des petites Lépiotes.

Voyons maintenant plus en détail, dans les articles suivants, l'amanite phalloïde, l'amanite printanière (Amanita verna) et l'amanite vireuse (Amanita virosa).

 

PAR CLAIRE KÖNIG

ENSEIGNANTE SCIENCES NATURELLES

Articles suivants : L'amanite phalloïde, un champignon mortel

Les commentaires sont fermés.